Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 
 
 

Non à la justice de classe, Vincent Martinez doit être réintégré par Air France !

Signons largement cette pétition !

 

Alors que l’inspection du travail avait refusé le licenciement de Vincent Martinez, délégué CGT d'Air France, dans l'affaire dite de « la chemise », la ministre du travail Myriam El Khomri vient de valider la procédure de licenciement.

Dans un communiqué laconique, le ministère du Travail annonce avoir validé le licenciement de Vincent Martinez, délégué CGT d'Air France accusé d'avoir participé à l'épisode de la « chemise arrachée ». Pourtant, l'inspection du Travail avait pris une décision inverse en janvier. Comme dans l’affaire Goodyear, le gouvernement s’acharne sur les militants syndicaux. C’est pour nous totalement inacceptable.

Le communiqué du ministère précise « qu’à l'issue d'une analyse longue et minutieuse des faits survenus le 5 octobre 2015 en marge du comité central d'entreprise du groupe Air France, et sur la base des éléments portés au dossier, il ressort que la faute reprochée est d'une gravité suffisante pour justifier le licenciement du salarié protégé ». Là encore cette affirmation vient contredire les témoignages de plusieurs journalistes qui avaient enquêté et montré la fragilité des accusations de la DRH à l’ encontre de Vincent Martinez. Poussant dans le même sens, l’inspection du travail avait pour sa part estimé « qu’il était impossible de déterminer avec certitude si le DRH bouscule des salariés volontairement, ou s'il est lui-même chahuté ».

Cette décision est en réalité purement politique. Elle s’inscrit dans la lignée de la politique antisociale, et de répression syndicale, menée par F. Hollande, Manuel Valls et l’ensemble du gouvernement socialiste depuis le début du quinquennat. Mise en grosse difficulté sur la bataille de la loi Travail, la ministre du Travail Myriam El Khomri tente ici de prendre une revanche sur les salariés qui refusent de voir le droit du travail complètement détruit afin de répondre aux injonctions d’un patronat toujours plus réactionnaire.

Dans la même semaine, SFR annonce la suppression de 5 000 emplois dans la plus grande indifférence gouvernementale ; le gouvernement, lui, préférant s’acharner sur les syndicalistes plutôt que de demander des comptes au patronat sur l’utilisation du CICE.

Nous sommes ici face à une décision qui s’apparente ni plus ni moins à de la justice de classe.

La peur, ou les menaces, ne nous ferons pas reculer ! Jamais !

Mobilisons-nous massivement en signant cette pétition pour exiger la réintégration immédiate de Vincent Martinez, délégué CGT d'Air France.

Car aujourd’hui c’est lui, demain cela peut être n’importe qui d’entre nous !

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 

Non à la justice de classe, Vincent Martinez doit être réintégré par Air France !

le 09 août 2016

Communiqué commun de la confédération CGT, de la Fédération CGT Transports et du syndicat Ugict d’Air France

 

Air France : La chasse aux sorcières continue !

Il n’y a pas de conquêtes sociales sans libertés syndicales. Gouvernement et Medef, en pleine lune de miel depuis 2012, l’ont bien compris : ils veulent museler le monde du travail pour imposer leurs réformes antisociales !

La chasse aux sorcières, qu’ils mènent contre toute forme de lutte et de contestation notamment envers les militants de la CGT, continue de plus belle.

Suite à l’affaire dite de « la chemise », le 5 octobre 2015, la direction d’Air France a décidé de licencier Vincent Martinez, délégué du personnel, élu CGT. L’Inspection du Travail s’est alors saisie du dossier, et après enquête, a invalidé le licenciement de notre collègue le 20 janvier 2016.

Air France, ne pouvant accepter cette décision, pourtant motivée sur un courrier de quatre pages, a envoyé un recours hiérarchique auprès de la Ministre du Travail, Myriam El Khomri. Celle-ci avait quatre mois, à compter du 3 février 2016, pour statuer sur cette demande de licenciement.

N’ayant reçu aucune réponse en date du 3 juin, le licenciement de Vincent a été implicitement rejeté, conformément à l’article R2422-1 du Code du Travail. Or, le 5 août, Vincent a reçu un courrier du Ministère du Travail lui notifiant l’annulation de la décision de l’Inspection du Travail, c’est-à-dire donnant l’autorisation (tant recherchée) à Air France de le licencier. Nous nous étonnons d’une telle décision !

Myriam El Khomri désavoue ainsi l’Inspection du Travail en revenant sur une décision pourtant longuement motivée. Après ceux déjà utilisés pour La loi Travail, il s’agit ni plus ni moins d’un nouveau 49.3 !

Après les Goodyear, condamnés à des peines de prison ferme, le pouvoir décide de frapper un grand coup contre les salariés d’Air France qui ont osé se dresser contre une politique « sociale » désastreuse et mortifère pour l’emploi. 16 de nos collègues d’Air France seront jugés à Bobigny.

La CGT condamne toute forme de répression visant à tenter de museler la moindre contestation. Elle apporte son soutien à tous les salariés injustement incriminés et appelle à manifester les 27 et 28 septembre 2016 devant le Tribunal de Grande Instance de Bobigny pour la relaxe des 16 d’Air France.

Montreuil, le 8 août 2016

 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)