Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 

06 juin12:00
 
 

L'onde de choc provoquée par la mort de George Floyd, cet Africain-Américain asphyxié par un policier blanc à Minneapolis le 25 mai, dépasse le seul cadre des États-Unis et l'indignation résonne par exemple fortement en France en donnant une nouvelle impulsion à la lutte menée contre les violences policières.

Les manifestations se multiplient depuis l’appel lancé par le collectif « Justice pour Adama », du nom de ce jeune homme mort dans le Val-d’Oise en juillet 2016 à la suite d’une interpellation. Malgré une interdiction préfectorale de dernière minute, le rassemblement a réuni, mardi, entre 20 000 et 40 000 personnes devant le tribunal de grande instance de Paris. À Lille, ce sont 2 500 personnes qui se sont mobilisées le même jour.

Nous appelons à participer largement au

Rassemblement contre le racisme et les violences policières

et pour exiger justice pour Adama Traore !

samedi 6 juin 2020 à 12 heures

place Jeanne-Hachette à Beauvais

 

Lors du conseil municipal du 5 juin, les élu·e·s du groupe Beauvais Osons l'Avenir, dont Thierry Aury, ont observé une minute de silence en hommage aux victimes du racisme et des violences policières. Ils et elles déplorent que la maire et sa majorité aient refusé de rendre hommage aux victimes. (photo ci-contre)

« Nous ne pouvons pas faire abstraction de ce qu’il se passe en dehors de ces murs, dans notre pays et à travers le monde. Voilà pourquoi je ne pouvais pas ne pas commencer par dire toute notre adhésion au vaste mouvement populaire qui, ici comme ailleurs, se dresse contre le racisme et les violences policières. Réalité vécue par de nombreux concitoyens, le racisme et ces violences ont conduit en France comme ailleurs dans le monde, à des actes qui aujourd’hui suscitent une vaste vague d’indignation. Aucun républicain sincère, attaché à nos institutions et au respect des droits et des libertés, ne peut cautionner de tels agissements. En hommage à ces victimes, je nous invite à observer une minute de silence. »

 

Extrait d'un article du journal L'Humanité du 5 juin 2020 :

Pour Assa Traore, la sœur d’Adama Traore, la manifestation du 2 juin marque un tournant dans la lutte menée depuis plusieurs années contre les violences policières. Des violences qui sont d’ailleurs revenues au cœur du débat après deux mois de confinement marqués par des tensions entre la police et la population des quartiers populaires. « Pour la première fois, ceux qui pensaient ne pas avoir de voix ont compris qu’ils en avaient une et qu’elle comptait, témoigne la jeune femme, dans les colonnes du Monde. On ne va pas s’arrêter là, il y aura d’autres événements, c’est inévitable. »

Dans ce contexte, le gouvernement tente de jouer la carte de l’apaisement. Le lendemain de la manifestation parisienne, lors des questions au gouvernement au Sénat, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a appelé à ce que « chaque faute » commise par un policier, « chaque mot, y compris des expressions racistes, fasse l’objet d’une enquête (...), d’une sanction ». La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a également fait acte de contri- tion, jugeant ainsi que « la mort d’Adama Traore a été un drame qui a suscité une émotion légitime », ajoutant qu’il fallait être « dans l’apaisement, savoir raison garder ». Pas sûr que cela suffise à apaiser les militants qui dénoncent les discriminations.

 

Photo de la manifestation à Lille le 2 juin

Le Monde du 6 juin 2020

20200606-LeM-Lille-« C'est fou de devoir se battre pour avoir tous les mêmes droits »

Place Jeanne-Hachette
Beauvais 60000
France
 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)