Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 

24 nov.19:00
au
24 nov.20:00
 
 

Comme chaque 4e jeudi du mois, Solidarité sans papiers appelle à participer à une action de sensibilisation de la population à la situation des migrants dans le Creillois

 

jeudi 24 novembre 2016 de 18 h à 19 h

parvis de la gare de Creil

 

Tract distribué

Des ponts, pas des murs !

Le mois dernier, les regards se sont tournés vers le démantèlement de la jungle de Calais et la répartition dans tout le territoire de plus de 7 000 personnes.

Dans le cadre de cette opération, 19 migrants sont ainsi arrivés à Nogent-sur-Oise à la fin du mois dernier.

Pour nous, notre devoir est de les accueillir dignement, comme il est de notre dignité et de notre solidarité d'accueillir tout réfugié, migrant, exilé, sans papiers, etc.

Nous faisons partie de celles et ceux qui veulent vivre dans un monde de solidarité et de fraternité, plutôt que dans un monde de haine, de peur de l’autre, d’égoïsme. Nous sommes persuadés de la nécessité de l’ouverture de notre pays aux migrants fuyant leur pays. Rappel : d’après le PNUD, « 37 % seulement des migrations internationales ont lieu des pays en développement vers les pays développés ». Les pays en développement ont aussi de très fortes migrations internes.

Nous voulons que toute personne qui cherche refuge en France puisse y vivre sereinement, sans la crainte de l'arrestation, de l'expulsion. Dans le repli sur soi, le rejet de l’autre, nous serons tous perdants, sclérosés dans une France rétrécie, en perte d'humanité.

Nous voulons pour tous les enfants vivant en France un monde heureux où les cultures se mélangent et s’enrichissent mutuellement.

Ensemble construisons des ponts, pas des murs !

-----------

Ce 20 novembre, c’était le 27e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, que la France a ratifiée.

La protection de l’enfance est de la compétence des départements.

Évoquant, lors d’une séance publique, le cas des jeunes mineurs étrangers isolés, le président du Conseil départemental de l’Oise a déclaré en septembre que le département refuse de prendre en charge « tout nouveau mineur étranger sauf ceux que le juge nous impose ». Mise en œuvre pratique : l’évaluation réalisée par l’Aide sociale à l’enfance (ASE) de la réalité de la minorité et de l’isolement du jeune le positionne plus comme un fraudeur potentiel que comme un enfant dont il faut assurer la protection, même quand la police valide l’authenticité des documents d’identité. Et le plus souvent les mineurs sont déclarés majeurs, isolés ou non.

À Solidarité sans papiers Creil et à Solidarité migrants Oise, nous aidons des jeunes à faire appel de la décision au juge. Mais nombreux sont ceux qui se retrouvent à la rue sans connaître ce droit de faire appel .

Dernièrement, et par deux fois, le juge pour enfants a désavoué le Conseil départemental de l’Oise et enjoint à l’ASE de les prendre en charge. Mobilisons nous pour soutenir les mineurs étrangers isolés et les jeunes majeurs dans leur combat pour :

Une école, un toit, des papiers Égalité des droits !

 

 

Cette action régulière, depuis 2009, consiste depuis quelques mois en une distribution de tracts / échanges après avoir longtemps pris la forme d'un cercle de silence.

Merci à ceux qui le peuvent de nous rejoindre. La situation est trop difficile pour que nous baissions les bras. Ne lâchons rien !

Solidarité sans-papiers, collectif de soutien aux migrants du bassin creillois

Réseau RESF - Réseau D'ailleurs nous sommes d'ici - Réseau UCIJ - Réseau des cercles de silence

@sanspapiercreil -   http://solidaritesanspapierscreil.blogspot.fr/ 

Permanences d’accueil 3 demi journées par semaine : prendre rendez-vous au Centre Georges Brassens, Esplanade de la fraternité à Creil - 03 44 24 54 64 ; réunions de l’association une fois par mois, contactez-nous ; Solidarité sans-papiers organise une diffusion de tracts devant la gare de Creil le 4ème jeudi de chaque mois, de 18h à 19h.   

Pour soutenir nos actions, adhérez à Solidarité sans papiers et participez à ses activités pour le temps et avec l'intensité qui vous conviennent.

 

Expression de Solidarité Migrants Oise du 17 novembre 2016

 

Le Conseil Départemental sévit toujours

Politique inacceptable du Conseil Départemental en matière de protection de l’enfance.

Un jeune a été rencontré par deux éducateurs dans la ville de Beauvais. Il leur a dit être mineur (15 ans), ce qu’il semble être lorsqu’on le voit. Ces éducateurs l’ont emmené a la Maison de l’enfance de Beauvais où il a été reçu en entretien sans les éducateurs le lundi 31 octobre Il en est ressorti avec la décision indiquant qu'il n'était pas mineur. Ce mineur n’avait plus de papiers (les passeurs lui avaient pris en partant de Lybie). Aucun test osseux n’a été demandé et au vu de la procédure, le Procureur n’a pas dû être informé de la décision rendue.

Mercredi soir, à la permanence, l’association Solidarité Migrants était informée de la situation. Le juge des enfants était saisi du dossier. Après un entretien avec le jeune et étude de la situation, le placement auprès de l’ASE fut ordonné dès le vendredi 4 novembre pour la protection de l’enfant.

Récemment, une situation similaire avait été traitée de la même facon avec un jeune congolais de Creil. Le Conseil départemental avait refusé la protection à Junior. Avec l’aide de l’association Solidarité sans papiers de Creil, il a été placé en famille d’accueil par le juge des enfants ; début novembre, il était encore à Beauvais mais il attendait d’aller sur Creil pour pouvoir rejoindre  le lycée de Saint-Maximin. À noter que l’ASE avait confisqué son acte de naissance mais l’a rendu sur demande du juge des enfants.

La plate-forme actuelle d’orientation des jeunes qui est actuellement tenue par l’ASE dans l’Oise ne respecte plus à l’évidence les procédures exigées par le législateur. Elle obéit au Conseil départemental de l’Oise, lequel a donné pour consigne de ne plus accepter de jeunes sauf s’il y est obligé par un juge en invoquant le déficit budgétaire du département.

En conséquence, les mineurs non accompagnés qui arrivent dans l’Oise se voient vite refuser une protection et se retrouvent à errer. Seule une saisie du juge des enfants peut les remettre dans leurs droits mais il faut encore qu’ils rencontrent la personne qui puisse les assister dans cette démarche. Et même si cela aboutit, cela peut prendre du temps. Heureusement la justice a été rendue rapidement dans l’Oise.

 

- Parvis de la gare SNCF
Creil 60100
France
49° 15' 27.6732" N, 2° 28' 42.2076" E
Javascript est nécessaire à la visualisation de cette carte.
 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)