Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 

25 févr.19:00
au
25 févr.20:00
 
 

Solidarité sans papiers, collectif de soutien aux migrants du Bassin creillois

Nos organisations construiront, partout en France, ces lieux qui nous permettront de débattre et nous exercerons une vigilance permanente afin que nos droits et libertés soient préservés et que nul ne soit victime de discriminations.

 

Cercle de silence

jeudi 25 février 2016 de 18 h à 19 h

devant la gare de Creil 

 

 

Tract :

 

Non, la fermeture des frontières n'est pas une solution ! Les migrants ont survécu à la guerre, à la pauvreté, aux persécutions, aux naufrages... et l’Europe voudrait les remettre à l’eau ?

Non, les migrants ne sont pas nombreux en Europe ! La plupart d'entre eux reste dans les pays proches du leur.

Non, les migrants ne prennent pas le travail des Français ! Ils font souvent le travail dont les Français ne veulent pas.

Non, les migrants ne sont pas des hordes barbares ! Ce sont des hommes, des femmes, parfois diplômé(e)s, des enfants qui vont à l’école !

Non, les tests osseux ne donnent pas l'âge des enfants mineurs ! Ces tests ne reposent sur aucune réalité scientifique.

Non, l'enfermement des enfants en centre de rétention n'est pas abandonné par le gouvernement : encore 105 mineurs en 2015.

Oui, par leurs impôts et leurs cotisations sociales, les migrants « rapportent » plus à la société que le coût des mesures de solidarité.

 

Dans le Bassin creillois, par exemple :

  • X, jeune lycéen, a besoin d’une autorisation de séjour pour effectuer un stage en entreprise sans lequel sa formation ne sera pas validée.
  • Y. et Z., réfugiés afghans, viennent de la jungle de Calais. Z. est hospitalisée. Compliqué de faire une demande d’asile.
  • La minorité de T. , lycéen, est contestée par un test osseux. Va-t-il pouvoir obtenir l’asile ?
  • U. et V. veulent se marier. Malgré leur attestation d’hébergement, leur inscription à l’état civil est bloquée pour l’instant.
  • Pour son renouvellement d'AME la Sécurité sociale réclame à W. une facture des charges que lui ferait payer la personne qui l'héberge à titre humanitaire. Subtile remise en cause du droit à l'AME et retour du délit de solidarité ?

Tous citoyens et solidaire, vivons ensemble la fraternité qui permet de maintenir la liberté en continuant à lutter pur l'égalité.

 

Devant la gare
Creil 60100
France
49° 14' 49.4808" N, 2° 27' 27.54" E
Javascript est nécessaire à la visualisation de cette carte.
 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)