Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 
 
 

Oise : le Parti communiste français, le Parti de gauche, Ensemble et Europe Écologie-Les Verts lancent un appel à un large rassemblement contre les politiques d'austérité et pour une alternative à gauche

Thierry Aury, secrétaire départemental du PCF, Bérenger Dumay, co-responsable du PG, conseiller municipal de Margny-les-Compiègne, Arnaud Bevilacqua, un des animateurs d'Ensemble, Thierry Brochot, secrétaire régional d'EE-LV et conseiller régional, ont présenté lors d'une conférence de presse le 15 décembre 2014, au siège du PCF Oise, l'appel initié par ces  forces politiques en vue des élections départementales.

Cet appel, ont-ils précisé, s'adresse à toutes celles et tous ceux, citoyens ou forces organisées, qui, à gauche, ne se résignent pas aux politiques d'austérité imposées par la majorité gouvernementale et veulent construire une alternative à ces choix désastreux pour notre pays et notre peuple.

Les responsables présents ont indiqué que cet appel s'adressait, tout particulièrement, à toutes celles et tous ceux qui partageaient l'appel national du Collectif 3A (Alternative À l'Austérité), comme le NPA, Nouvelle Donne ou des socialistes en opposition aux choix du gouvernement Valls-Hollande.

Voici le texte de cet appel « Ensemble pour un département citoyen, écologique et solidaire ».

L'objectif affiché est de présenter des candidatures communes, rassembleuses et porteuses de ces orientations, dans l'ensemble des cantons du département, candidatures ouvertes à des femmes et hommes d'engagements divers sur le plan politique, syndical, associatif, candidatures qui seront présentées dans le courant du mois de janvier 2015.

 

Ensemble pour un département citoyen, écologique et solidaire

Nous, citoyennEs et militantEs de gauche et écologistes, quelle que soit la nature de nos engagements, choisissons de nous rassembler pour proposer une véritable alternative lors des élections départementales des 22 et 29 mars 2015.

Ensemble, nous nous engageons à construire une dynamique ancrée à gauche de lutte contre l’austérité qu’on nous promet inéluctable et pour un projet solidaire et écologique.

Nous lançons cet appel à une nécessaire reprise en main par les citoyenNEs des affaires qui les concernent.

 

Nous voulons agir pour ne plus subir !

Nous voyons chaque jour notre pays s’enfoncer dans la crise économique, écologique, démocratique, financière et sociale avec son cortège de chômage, de précarité, de baisse du pouvoir d’achat, de rejet des autres et de repli sur soi.

Aujourd’hui, le chômage touche plus de 5 millions de FrançaisEs dont près de 800 000 jeunes.

Cette situation est aggravée quotidiennement par la politique d’austérité conduite par le gouvernement qui a décidé une baisse d'ici 2017 de 50 milliards € des dépenses publiques (sécurité sociale, collectivités territoriales et autres missions de l’État).

Dans le même temps, le gouvernement cède au Medef et accorde 40 milliards € par an d’allègements du « coût du travail » et de réductions d’impôts aux entreprises.

Nous vivons les conséquences de cette politique initiée par Sarkozy et poursuivie par Hollande : recul des droits sociaux, fermetures d’hôpitaux, de bureaux de Poste, de gares SNCF...

À l’heure où une réforme territoriale imposée d’en haut risque d’accentuer les inégalités territoriales, notre département doit être un espace de résistance et d’alternative à ces politiques d’austérité.

Nous voulons empêcher le retour de la droite et de l’extrême droite qui profitent de cette situation et voudraient pousser encore plus loin les régressions sociales et démocratiques.

Il est temps de redonner des couleurs à la gauche. D’autres choix sont possibles. Ils sont aujourd’hui nécessaires !

 

Emparons-nous de ces élections. Prenons notre avenir en main !

Les compétences du conseil départemental restent encore larges : action sociale, transports, éducation, culture, économie, agriculture, habitat, secours-incendie...

L’action du conseil départemental doit être réorientée pour permettre à touTEs, une vie meilleure.

  • Renforçons la politique sociale en l’axant sur la satisfaction des droits fondamentaux dans tous les domaines (logement, hébergement, petite enfance, vieillesse, handicap, perte d’autonomie…).
  • Développons les services publics de proximité en particulier dans les zones rurales et les quartiers que l’État a désertés depuis des années.
  • Portons une politique ambitieuse des transports collectifs permettant à touTEs de se déplacer selon ses besoins.
  • Réaffirmons la laïcité, la gratuité et l’égalité de la scolarisation au collège. Rétablissons la gratuité des transports scolaires. 
  • Refusons de financer des projets imposés sans concertation et sans prise en compte des impacts sociaux et environnementaux (Incinérateur de Villers-Saint-Sépulcre, Centre commercial de la place du Jeu de Paume, Centrale à gaz de Verberie...). Consacrons ces moyens à des projets utiles au bien commun.
  • Encourageons et faisons vivre de nouveaux droits et pouvoirs des salariés dans la vie économique et sociale : au Conseil départemental, dans ses structures associées, chez ses fournisseurs...
  • Soutenons les projets de reprise d’entreprises par leurs salariéEs notamment en favorisant les projets de coopératives (SCOP).
  • Conditionnons les aides aux entreprises au respect d’exigences fortes en matière sociale et environnementale en y associant les salariéEs.
  • Favorisons les productions locales génératrices d’emplois non délocalisables dans l’artisanat, l’économie sociale et solidaire, l’industrie et l’agriculture et développons les circuits courts entre producteurs et consommateurs.
  • Œuvrons à l’émancipation de chacunE par des politiques culturelles et éducatives ambitieuses.
  • Amorçons la transition écologique, encourageons l’exemplarité environnementale et aidons à la préservation de la biodiversité. Protégeons nos terres arables du grignotage urbain.

 

Pour cela, deux exigences sont incontournables :

  • Rénovons la démocratie en soumettant les projets départementaux à des débats ouverts, par une coélaboration partout et par tous.
  • Exigeons de l’État qu’il donne aux collectivités territoriales les moyens et financements pour exercer leurs missions au service des populations.

 

Nous voulons un Conseil départemental au service de l’intérêt général, impulsant de réels progrès démocratiques pour son fonctionnement comme dans ses relations avec les habitants.

Nous souhaitons bâtir, avec touTEs celles et ceux qui se retrouvent sur ces orientations, un avenir pour notre département qui prendra mieux en compte les besoins et les attentes des habitantEs.

Nous appelons toutes les forces politiques et touTEs les citoyenNEs qui partagent cette volonté, à construire avec nous, pour notre département et au delà une réelle alternative de gauche et écologiste.

 

Rejoignez-nous !

 

 

Il y a actuellement 1 réactions

  • ce que pense le NPA de la proposition qui lui est faite...

    le NPA Oise a été contacté pour "rejoindre" un accord électoral EELV-FDG pour les cantonales. Ce que nous en pensons : Sur la forme : Contactés vendredi 12 décembre par mail par un camarade du Front de Gauche, nous apprenions qu'une conférence de presse se tiendrait ... lundi 15 décembre... nous n'avions été invités à aucune réunion... Sur le fond : nous ne nous reconnaissons pas dans la démarche : les propositions émises sont compatibles avec les positions du PS et aucun engagement n'est pris dans le sens d'une rupture avec le système actuel. Sur les revendications "dans le champ de compétence" du Conseil Général, rien sur la gratuité des transports, sur le refus de financer les transports pour les collèges privés, sur le refus d''attribuer des fonds publics aux entreprises...rien sur le refus de participer à un exécutif avec le PS... Rien sur les luttes à mener... Pour nous, l'alternative passe par la mobilisation et la lutte des travailleurs, des citoyens, dont l'autoorganisation est un élément moteur. Changer la société passera par l'établissement d'un rapport de force contre ce gouvernement, contre le patronat, avec des outils comme la grève générale. Pour nous la lutte de classes est plus que jamais d'actualité... Le NPA est ouvert à un Front Unique de luttes contre les mesures de ce gouvernement (austérité, loi Macron,...), contre la montée de l'extrème droite. Localement, à Beauvais, nous aurions pû nous retrouver ensemble contre la hausse du tarif des cantines scolaires, contre la mise en place de la taxe sur les ordures ménagères, pour des initiatives contre la politique gouvernementale... Nous déplorons que cette unité n'existe pas et sommes disponibles pour ce type de convergence... La démarche proposée ne correspond en rien avec le projet de société que nous défendons et les luttes à mener dans la période.

    Par catherine mery, le 18 décembre 2014 à 19:15.

 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)