Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 

15 oct.10:00
 
 

À la suite des manifestations du 10 septembre dernier à Beauvais, Chambly et Compiègne, une nouvelle journée d'action nationale à l'appel de la CGT-FO-FSU-Solidaires est décidée le mardi 15 octobre 2013.

Pour l'Oise, est programmée une

 

Manifestation départementale

pour les salaires, l'emploi, les retraites, les conditions de travail et la protection sociale

mardi 15 octobre 2013 à 10 h

cours Guynemer à Compiègne

à l'appel de CGT • FO • FSU • Solidaires

Trajet en car organisé par l'UL CGT du Bassin creillois

au départ du parking Ambroise Croizat (Goss) à Montataire

à 9 heures

Inscription : 03 44 25 42 33

 

Pour Paris : départ de la manifestation à 12 h 30 de Saint-Augustin

(cliquez ci-dessus pour avoir plus d'information)

 

 

Rassemblons-nous contre cette réforme des retraites injuste !

 

Communiqué de la CGT du 2 octobre 2013

 

Le 15 octobre, manifestons tous ensemble

Amplifions la mobilisation pour notre salaire, notre emploi, notre protection sociale, notre retraite.

Augmenter les salaires, les pensions et les minima sociaux est une nécessité pour relancer l’économie et l’emploi et pour financer la protection sociale et nos retraites.

Les effets néfastes des stratégies patronales, relayées par les plans d’austérité décidés par les gouvernements, ne sont plus à vous expliquer. Ils conduisent l’immense majorité d’entre nous à ne plus admettre de vivre de plus en plus mal DANS et DE son travail et d’avoir de moins en moins de projection possible sur son avenir, en particulier pour les jeunes.

Le processus de mobilisations unitaires proposé par la CGT est seul à même d’ouvrir des perspectives d’amélioration pour les salariés, les retraités et les privés d’emploi. De la participation de chacune et chacun dépend sa force et de celle-ci, la possibilité de gagner !

Pour préparer le 15 octobre, saisissons nous de la semaine du 7 au 11 octobre pour interpeller le patronat et les parlementaires sur les attentes sociales concernant les salaires, l’emploi, les conditions de travail, la protection sociale et la retraite.

Ce sont les salariés par leur travail qui créent les richesses, mais tant que le patronat et les gouvernements appréhenderont le travail comme un coût, le chômage et la précarité augmenteront et le pouvoir d’achat baissera. Cette politique d’austérité alimente la récession économique et industrielle en France. Avec la confédération européenne des syndicats, nous disons que l’austérité menée partout en Europe n’est pas la solution mais le problème : il faut changer de cap dans chaque pays.

Pour gagner sur les salaires, l’emploi, l’égalité professionnelle et améliorer nos conditions de travail, c’est dans chaque entreprise, chaque groupe, chaque branche professionnelle qu’il est nécessaire de gagner l’ouverture immédiate de négociations pour porter nos revendications pour une autre répartition des richesses. Le prix de notre travail doit l’emporter sur le coût du capital.

Gagner sur ces questions ouvre d’autres perspectives pour le financement de la protection sociale et pour une autre réforme des retraites.

Faisons partout du 15 octobre, journée nationale de grève et de manifestations interprofessionnelle, une nouvelle étape unitaire de mobilisation pour porter tous ensemble nos revendications.

 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)