Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 

22 sept.18:00
 
 

Le Comité de défense et de développement des hôpitaux de Creil et de Senlis, réuni en assemblée générale le 7 septembre, appelle la population du Bassin creillois et alentours à participer largement à un

 

Rassemblement pour la réouverture de la maternité

jeudi 22 septembre 2022* à 18h00

devant l'hôpital de Creil

 

* Cette date du 22 septembre correspond par ailleurs à une journée nationale de mobilisation des professionnels de santé, à l'appel de la CGT, après un été durant lequel de nombreuses luttes se sont menées dans les hôpitaux pour alerter sur une situation mortifère.

 

Rappelons ici que le tribunal administratif d'Amiens a annulé, dans sa décision du 7 juillet dernier, l'arrêté de transfert de la maternité de Creil à Senlis : 

 

Le tribunal administratif d'Amiens, dans sa décision du 7 juillet 2022, annule l’arrêté de transfert de la maternité de Creil vers Senlis, non conforme au plan régional de santé.

Avec nos camarades, élu·e·s, personnels soignants et nos concitoyen·ne·s, nous nous sommes mobilisé·e·s sans relâche contre la fermeture, puis pour le retour de la maternité à Creil.

Le tribunal administratif d'Amiens laisse six mois à l'Agence régionale de santé (ARS) pour corriger le tir : soit une modification du schéma régional de santé permettant de laisser la maternité de Creil fermée, soit la réouverture de la maternité là d'où elle n'aurait jamais dû partir.

C'est une victoire, mais ce n'est qu'une première étape, restons mobilisé·e·s pour exiger la réouverture de la maternité dans ce bassin de vie creillois qui en a besoin.

Nous pensons bien évidemment avec émotion à notre camarade Paul Cesbron disparu il y a quelques mois, lui qui qui a mis toute son énergie pour le retour de la maternité à Creil.

 

Liens presse :

 

Tribunal administratif d'Amiens

Communiqué de presse du 7 juillet 2022

 

Le tribunal administratif annule l’arrêté de transfert de la maternité de Creil vers Senlis et donne à l’administration un délai de six mois pour régulariser la situation

Le tribunal administratif d’Amiens estime que l’arrêté de transfert de la maternité de Creil vers Senlis méconnaît le schéma régional de santé. Il juge toutefois, compte tenu des impératifs de santé publique et de continuité des soins, que cette annulation doit être différée dans le temps. L’agence régionale de santé dispose ainsi d’un délai de six mois pour modifier le schéma régional de santé afin de permettre la délivrance d’une autorisation de transfert de la maternité qui lui soit conforme, ou pour organiser un retour de la maternité sur le site de Creil.

Par un arrêté du 8 janvier 2019, la directrice de l’agence régionale de santé des Hauts-de-France a autorisé le transfert des activités de soins en néonatologie avec soins intensifs et de réanimation néonatale du site de Creil vers le site de Senlis, au sein du groupe hospitalier public du Sud de l’Oise. La communauté d’agglomération Creil Sud Oise et la commune de Creil ont contesté cet arrêté devant le tribunal administratif d’Amiens.

Le tribunal a jugé que cet arrêté n’est pas compatible avec le schéma régional de santé, document contraignant qui doit être respecté en cas de délivrance d’une autorisation. En effet, ce schéma prévoit actuellement deux maternités pour la zone de Creil-Senlis et n’envisage pas la suppression d’une des deux implantations. Le tribunal a en revanche écarté les autres arguments de la communauté d’agglomération Creil Sud Oise et la commune de Creil.

Eu égard aux impératifs de santé publique et de continuité des soins, le tribunal a estimé qu’il convient de différer au 6 janvier 2023 l’annulation de la décision autorisant le transfert de la maternité. Ceci doit permettre à l’agence régionale de santé de remédier à l’illégalité censurée par le tribunal. Celle-ci pourra soit modifier partiellement le schéma régional de santé, pour délivrer ensuite une nouvelle autorisation de transfert de la maternité de Creil, soit prendre les mesures nécessaires à une reprise de l’activité sur le site de Creil.

 

La modulation dans le temps des effets d’une annulation

Sur cette question, voir notamment la décision d’Assemblée du Conseil d’Etat, 11 mai 2004, Association AC ! et autres, n° 255886 et suivants.

L'annulation d'un acte administratif implique en principe que cet acte est réputé n'être jamais intervenu. Toutefois, s'il apparaît que cet effet rétroactif de l'annulation est de nature à emporter des conséquences manifestement excessives en raison tant des effets que cet acte a produits et des situations qui ont pu se constituer lorsqu'il était en vigueur que de l'intérêt général pouvant s'attacher à un maintien temporaire de ses effets, il appartient au juge administratif de prendre en considération, d'une part, les conséquences de la rétroactivité de l'annulation pour les divers intérêts publics ou privés en présence et, d'autre part, les inconvénients que présenterait, au regard du principe de légalité et du droit des justiciables à un recours effectif, une limitation dans le temps des effets de l'annulation. Il lui revient d'apprécier, en rapprochant ces éléments, s'ils peuvent justifier qu'il soit dérogé à titre exceptionnel au principe de l'effet rétroactif des annulations contentieuses et, dans l'affirmative, de prévoir dans sa décision d'annulation que, sous réserve des actions contentieuses engagées à la date de celle-ci contre les actes pris sur le fondement de l'acte en cause, tout ou partie des effets de cet acte antérieurs à son annulation devront être regardés comme définitifs ou même, le cas échéant, que l'annulation ne prendra effet qu'à une date ultérieure qu'il aura déterminée.

 

 

 

 

Boulevard Laënnec - Hôpital
Creil 60100
France

Article de Loïc Pen paru dans Oise Avenir n° 1378 du 26 août 2022

La bataille pour le retour d'une maternité à Creil est relancée

La maternité de Creil est fermée depuis janvier 2019 suite à une décision de transfert de ses activités sur Senlis.

Le 7 juillet 2022, le tribunal administratif d’Amiens a invalidé l’arrêté de transfert de la maternité de Creil à Senlis. Cet arrêté n’était en effet pas conforme au Schéma régional de Santé (SRS) qui prévoit une maternité sur chaque site du Groupement hospitalier du Sud de l’Oise (GHPSO), groupement issu de la fusion des hôpitaux de Creil et Senlis.

La fermeture de la maternité de Creil est donc illégale. Le tribunal laisse six mois (au plus tard début janvier 2023) à l’Agence régionale de Santé (ARS) pour se mettre en conformité avec le SRS.

C’est une victoire importante, mais elle n’est qu’une étape dans l’objectif de la réouverture.

Désormais l’ARS peut :

  • soit inviter la direction du GHPSO à mettre en œuvre un plan de réouverture ;
  • soit modifier le SRS pour n’y valider qu’un seul site accueillant une mater- nité et confirmer ainsi la fermeture tout en se mettant en conformité avec le droit.

Si la population du Bassin creillois ne se manifeste pas pour en faire un débat politique sur les choix de santé, l’ARS traitera la décision du tribunal comme un simple problème administratif.

Les arguments ne manquent pas :

  • depuis la fermeture de Creil, la ma- ternité fusionnée de Senlis a perdu plusieurs centaines d’accouchements à l’année par rapport à l’activité antérieure des deux sites ;
  • il n’y a pas de réanimation adulte sur place ce qui contraint au transfert des mamans en situation critique sur le site de Creil ;
  • ces transferts se font en SMUR mais la suppression d’une des deux équipes de SMUR du territoire limite la disponibi- lité de l’équipe et retarde de potentiels transferts ;
  • en même temps que l’équipe de SMUR de Senlis, les urgences de Senlis ont fermé suite à de nombreux départs de personnels. Cela rend plus complexe les avis de médecine pour les femmes en- ceintes ou se rendant aux urgences gynécologiques de Senlis alors qu’il s’agit d’une urgence non gynécologique ;
  • l’absence de service de chirurgie sur place rend impossible les collaborations pour des prises en charge complexes que devrait pouvoir assurer une maternité de niveau 3 ;
  • il n’y a toujours pas de transports en commun entre le Bassin creillois et Senlis ; pour beaucoup de femmes, c’est la débrouille (famille, ami·e·s...) qui permet de s’en sortir mais aussi le recours importants aux services de secours, ambulances privées, pompiers, SMUR qui sont déjà en difficulté pour réaliser leurs autres missions.

Cette bataille intervient dans un contexte de crise de tout le système de santé : cet été le dernier SMUR de notre bassin de vie, celui de Creil, est resté fermé la nuit pendant un mois faute de médecins ! Cela entraîne des pertes de chances pour des prises en charge en urgence absolue. Ces SMUR sont remplacés par des équipes non médicalisées, avec un ambulancier et une infirmière, en charge d’apporter les premiers secours en attendant un médecin d’un secteur voisin (Clermont, Beauvais ou Compiègne). Mais Compiègne a vu aussi des périodes sans équipe de SMUR, faute de personnels, et la situation se tend à Beauvais.

Notre mobilisation peut tout changer.

Les autorités sont en difficulté pour expliquer les résultats de leurs politiques désastreuses, les populations prennent conscience de la dégradation de leur système de santé et sont disponibles si un espoir de changer la situation apparaît. La décision du tribunal administratif matérialise cet espoir. 

 

 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)