Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 
 
 

Elles, ils viennent de rejoindre le Parti communiste français… - Oise, juin 2020

Voici quelques-uns des visages des citoyen·ne·s qui ont rejoint le Parti communiste français ces dernières semaines dans l'Oise : ils nous livrent les circonstances et les raisons de leur adhésion, aujourd'hui, à notre Parti.

 

Annie Baumgartner

nouvelle conseillère municipale, Montataire

Révoltée et engagée dans le mouvement des gilets jaunes depuis le début, Montatairienne depuis toujours, c'est tout naturellement que j'ai accepté de rejoindre la liste présentée par Jean-Pierre Bosino aux Municipales de 2020. Pour aller au bout de ma démarche, je viens de rejoindre et d'adhérer au Parti communiste français qui porte les valeurs qui me sont chères, de solidarité d'humanisme. Je veux contribuer à ma façon, à combattre cette société injuste envers le monde du travail, envers nos jeunes qui ne demandent qu'à pouvoir vivre dignement. Étant grand-mère depuis peu, pouvoir offrir un monde meilleur à mes petits-enfants est pour moi crucial.

 

Amandine C.

39 ans, conductrice à la SNCF, maman de 4 enfants que j'élève seule, Beauvais

J'ai décidé de m'engager après les nombreuses grèves à la SNCF où j'ai pu découvrir vos actions qui sont en corrélation avec mes idées : la préservation de nos acquis sociaux pour tous, mais également agir pour tou·te·s, « L'humain d'abord ». Je suis aussi engagée syndicalement et j'ai été nommée conseillère prud'homale dans la section commerce à Creil. Je cotise dans une association de protection animalière, et avant la fin de l'année je souhaiterais parrainer un enfant via France parrainage.

 

Jean-Baptiste A.

29 ans, intervenant social, Royaucourt

Tout au long de mes expériences professionnelles et personnelles, j'ai cherché à favoriser la seconde chance et à privilégier l'humain, sans aucune distinction sociale, culturelle ou financière. J'ai décidé de matérialiser cet engagement en rejoignant officiellement le parti que je soutenais depuis toujours. Je souhaite maintenant participer, m'engager et prendre des responsabilités le plus possible, avec le Parti communiste, afin de soutenir ce besoin d'humanité dont la France a besoin.

 

Mohamed EL OUASTI

46 ans, éducateur spécialisé, 3 enfants, nouveau conseiller municipal, animateur d'une école et formateur fédéral de Taekwondo, Creil :

Je suis venu du Maroc en 1992, je suis d'une famille de gauche et en France, j'ai d'abord adhéré au PS presque naturellement car c'était la principale force de gauche dans les villes où j'étais, mais ce parti m'a déçu. À Creil, j'ai rencontré Karim, responsable de la section PCF et l'ambiance m'a tout de suite plu : des réunions où l'on a le droit à la parole, où l'on est respecté, où l'on apprend des choses, on se forme. Je veux développer le Parti communiste pour agir pour le progrès social, la démocratie, pour l'humain. »

 

Sylvie A.

62 ans, assistante ménagère, Beauvais

Même si j'avais agi, il y a pas mal d'années, avec la CFTC, à l'occasion d'une lutte contre des licenciements dans l'hôtel où je travaillais, et si je me souviens des interventions de Georges Marchais à la télé quand j'étais jeune, je n'avais jamais été engagée au niveau politique, et je ne connaissais personne d'adhérent·e à un parti autour de moi. Jusqu'à ce que je rencontre Paulette, une militante communiste qui m'a incitée à me « réveiller », à sortir de mon isolement, à agir collectivement. Je suis révoltée par toutes les injustices, par l'exploitation que je subis, par l'absence d'avenir pour les jeunes, par le pouvoir d'achat réduit, par les promesses non tenues. Il n'y a pas d'âge pour se bouger.

3 questions à Jessica ELONGUERT

19 ans, étudiante, nouvelle conseillère municipale, Creil

 

  1. Quel est ton parcours et qu'est-ce qui t'a motivé à adhérer à un parti, en particulier le Parti communiste ?

Mon parcours commence avant tout et surtout par l’associatif et les différents concours pour jeunes. Ensuite à l’université Panthéon Sorbonne, j’ai pu aller plus loin avec l’association des Étudiants de Panthéon Sorbonne pour les Mondes Africains (ESMA) où j’ai pu réaliser un projet autour du tissu wax : « Fashion Wax ». Enfin, et on arrive à Creil : au début, je ne pensais pas rejoindre la municipalité, j’ai fais la rencontre de Y. L. puis il a rejoint Génération Creil [macroniste] et nos chemins se sont séparés, j’ai ensuite rejoint « Ensemble Allons Plus Loin ! » [collectif autour du maire sortant Jean-Claude Villemain (PS)] et au sein du collectif j’ai découvert Karim [Karim Boukhachba, secrétaire de la section PCF de Creil] et la section de Creil du PCF. Leurs valeurs humanistes, l’ambiance entre les militant·e·s et les idéaux que j’ai pu observer ont fini par me convaincre de les rejoindre.

 

  1. Quels sont les thèmes qui te tiennent le plus à cœur et comment perçois-tu ton engagement, toi qui es aussi nouvelle élue de la majorité à Creil ?

Naturellement les thèmes que je porte sont liés à ma personne, déjà par l’expérience que j’ai eue ensuite pour ce que je suis.

Déjà la jeunesse, j’ai envie de partager ce que nous vivons en tant que jeunes qui se préparent à intégrer la société, des difficultés des opportunités et même mieux des possibilités de  chacun·e. Ces possibilités doivent être initiées et accompagnées par les autorités publiques et surtout on doit mettre l’accent sur le terrain.

Ensuite la condition des femmes dans la société m’interpelle particulièrement car comme vous le savez déjà, on vient de sortir de la condition de mineures à vie il y a à peine quelques dizaines d’années et encore aujourd’hui il existe une inégalité de traitement basée sur le sexe. Sans oublier les violences que subissent les femmes, qu'elles soient physiques ou morales, conjugales ou professionnelles voir sociales. C’est un tout sur lequel il faut se battre, à commencer par mettre des mots dessus, donner les moyens juridiques et publics aux femmes victimes d’en parler sans représailles, enfin un détail d’importance : informer, faire de la prévention auprès des hommes pour leur faire prendre en compte que cette situation est anormale et que le changement de mentalité se fait pressant.

Et le dernier combat qui me tient à cœur c’est l’écologie. La transition écologique ce n’est pas que des mesures politiques, des activités militantes ou des manifestations : c’est surtout une révolution majeure de la manière d’être de tous nos contemporains. L’éco-responsabilité c’est comme la démocratie, c’est plus que des systémes de représentation, ou des structures socio-politiques : c’est un état d’esprit. Un état d’esprit qu’il est urgent d’avoir car en face de nous se pose le problème de l’extinction de l’humanité et pas, comme on entend dire, celui de la planète qui se réchauffe ou de l’air pollué... la planète est capable de survivre à tous ces problèmes, ce sont les êtres vivants et en premier lieu les êtres humains qui sont en danger.

 

  1. Tu a déjà mis en place des outils de communication au niveau de ta section de Creil, en interne et en externe. Quels enjeux, quels objectifs et avec quels moyens ?

Ma première tâche en tant que responsable de communication et d’organisation interne c’est de donner une nouvelle image à la section du PCF de Creil et en même temps accompagner les membres dans la prise en charge de nouveaux outils numériques de communication que j’ai mis en place en interne.

Les outils et le système de communication que j’ai mis en place tant sur plan interne qu’externe à plusieurs objectifs en vue : montrer le visage authentique des militant·e·s de la section Creil du PCF dans un premier temps, et dans un second temps partager avec la population de Creil, les combats que nous menons chaque jour pour améliorer la vie de chacun·e.

Enfin, pour ne rien vous cacher, l’objectif est aussi peut être d'inspirer nos camarades au delà de Creil, de l’Oise et des Hauts-de-France. Aujourd’hui il est capital de se saisir des outils numériques pour avoir une bonne communication politique et de la communication politique dépend autre chose, la confiance et la légitimité que les citoyen·ne·s peuvent placer en vous.

Je clique ici pour visiter la page Facebook de la section de Creil du PCF @PCFsectionCreil 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)