Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 
 
 

Communiqué du groupe CRCE « Alors que la ministre s'entête, nous restons opposés à ce projet inutile et coûteux » - Sénat, 7 février 2019

Communiqué du groupe CRCE « Alors que la ministre s'entête, nous restons opposés à ce projet inutile et coûteux » - Sénat, 7 février 2019

Alors que la ministre s’entête, nous restons opposés à ce projet inutile et coûteux

CDG Express - Par Le groupe CRCE  / 6 février 2019

 

Aujourd’hui, la presse s’est fait l’écho de la volonté du gouvernement et de la ministre des transports, de s’entêter dans la réalisation du projet dit « CDG Express ».

Alors que ce projet est largement décrié par les populations concernées, les élus locaux de tout bord et les associations, un rapport a été remis à la ministre émanant du préfet de région, l’engageant à poursuivre dans cette voie et signer les contrats de concessions.

Le mépris affiché par le gouvernement est inacceptable. Alors que ce rapport devait parachever un cycle de concertation prenant en compte les oppositions à ce projet, il se borne à estimer pudiquement que ce projet aura un « impact acceptable » confirmant le déficit démocratique dont souffre depuis le début ce projet.

Il s’agit d’une réelle provocation pour les usagers quotidiens du RER qui galèrent tous les jours et qui verront leurs difficultés s’accroître.

Pourtant, ce même rapport soulève certaines difficultés suscitées par ce projet. Il en est ainsi notamment des travaux qui vont nécessiter des coupures de circulation importante pour les usagers du RER B qui subissent déjà une situation d’offre de transport particulièrement dégradée. Des aléas tels que le préfet préconise la création d’un fonds d’indemnisation pour Ile de France Mobilités en cas d’incidents de chantier affectant le RER, ce qui constitue clairement un aveu des nuisances à venir.

Les sénatrices et sénateurs du groupe CRCE restent pour leur part déterminés à faire prévaloir les intérêts des usagers franciliens des transports. Ils demandent donc le retrait de ce projet et l’arrêt des travaux qui commencent à s’organiser. 

Ils invitent le gouvernement à se saisir de la proposition de loi qu’ils avaient déposée pour en finir avec le CDG Express. Ils estiment ainsi que ce projet présente un coût exorbitant, pour un nombre d’usagers restreint, qu’il présente des risques pour l’environnement non négligeables. Plus grave, ce type d’infrastructure rompt avec la notion même de service public. Il oppose les différentes catégories d’usagers pour donner la priorité aux usagers qui ont les moyens de financer une offre de transport dédiée. Une telle conception organise une société à deux vitesses. Or, les habitants de banlieue et des quartiers populaires doivent disposer de transports fiables, modernisés et efficaces, c’est cela aussi la promesse républicaine que ce gouvernement bat en brèche.

Alors que le sénat vient de retoquer la privatisation d’ADP, il faut porter haut l’exigence d’une véritable maîtrise publique des infrastructures de transport, pour le respect de l’intérêt général et une réelle priorité aux transports du quotidien. C’est aussi cela que porteront les parlementaires du groupe CRCE lors de l’examen de la loi LOM en mars prochain.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.

 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)