Fédération de l'Oise

Fédération de l'Oise
Accueil
 
 

 
 

États généraux du progrès social : « Vivre dignement au XXIe siècle, c'est possible ! »

 

Un nouveau progrès social pour la France

Faisons converger nos luttes

 

À l'initiative du Parti Communiste Français se sont déroulés le samedi 3 février 2018 les États généraux du progrès social, réunissant des militants et toutes celles et tous ceux qui veulent réfléchir ensemble et porter leur contribution au débat commun pour construire un monde où « l'humain d'abord » est le mot d'ordre, permettant à chacun de vivre dignement en ce XXIe siècle. Plusieurs centaines de personnes ont ainsi échangé à partir des luttes en cours, des expériences concrètes pour travailler aux convergences et aux rassemblements nécessaires autour de propositions fortes alternatives et de grandes initiatives d'actions dans les mois qui viennent.

 

Les camarades et amis de l'Oise ont fait le déplacement en nombre, et vous trouverez ci-contre les interventions de Loïc Pen, médecin urgentiste à l'hôpital de Creil, à l'atelier « Services publics et protection sociale », celle de Caroline Brebant, maire adjointe communiste de Saint-Maximin, secrétaire de section, à l'atelier « Logement » et celle de Thierry Aury, secrétaire départemental du PCF Oise, lors de la plénière qui a présenté l'action suivante :

Marche vers l'Élysée, le 9 juin : « Le 9 pour faire du neuf, vraiment du neuf. »

Pour l'Oise et les quatre autres départements de la région des Hauts-de-France, nous poursuivrons cette forte inititaive en construisant la campagne lancée par les parlementaires et responsables communistes de la Région, pour que s'exprime haut et fort ses habitants et les inviter à porter leurs exigences, leurs revendications, leurs aspirations jusque dans une Marche vers l'Élysée, le 9 juin. « Arrêtez l'austérité et les vieilles recettes libérales. Nous voulons du neuf ! »

 

La politique d'Emmanuel Macron vise à casser les piliers de notre modèle social au profit du capital financier

  • la nouvelle loi travail va faciliter les licenciements et développer la précarité
  • la suppression massive des cotisations sociales est une attaque inédite contre la Sécurité sociale
  • la réforme de l'assurance chômage vise à baisser l'indemnisation et déresponsabilise les entreprises
  • la formation professionnelle et les retraites sont également dans le colimateur du gouvernement
  • les services publics sont mis à mal par la baisse des budgets publics et des dotations aux collectivités.

D'autres mesures sont gravissimes, comme la suppression brutale des contrats aidés, alors même que ces postes devraient être pérennisés dans des CDI ou titularisés, ou encore l'introduction de la sélection à l'université.

Dans le budget 2018, le gouvernement vient de faire un cadeau de plus de 20 milliards d'euros aux plus riches et aux actionnaires, dont 3 milliards par la suppression de l'ISF. Un budget d'autant plus injuste qu'il baisse l'APL !

 

Pour les communistes, il est temps au contraire d'engager un nouveau progrès social pour la France.

Il s'agit à la fois de prolonger les conquêtes sociales du siècle dernier, qui font toujours la force de notre modèle social, et de construire les nouvelles avancées sociales qui permettront de répondre aux enjeux du XXIe siècle. Nous voulons débattre avec vous des politiques alternatives à mener dans cinq domaines clés : le travail et l'emploi, l'industrie, les services publics, le logement et l'utilisation de l'argent.

 

 

 

Atelier « Logement » à Saint-Denis

Atelier « Services publics et protection sociale » à Ivry

Atelier « Travail et emploi » à Malakoff

 

États généraux du progrès social : « Vivre dignement au XXIe siècle, c'est possible ! »

Intervention de Thierry Aury

Séance plénière des États Généraux du Progrès Social, le 03 février 2018 à Montreuil

 

La tenue-même des États généraux du progrès social est une réussite, mais cette réussite ne vaudra pleinement que si nous lui donnons une suite, si cela contribue à développer l’intervention, la mobilisation, l’action du monde du travail, de la jeunesse, des citoyennes et citoyens de notre pays.

C’est pourquoi, les cinq fédérations PCF et les cinq parlementaires communistes des Hauts-de-France (Nord-Pas-de-Calais-Picardie) ont décidé d’engager une grande campagne, à travers nos cinq départements pour que monte très fort la voix du peuple de notre Région, pour un nouveau progrès social.

Notre région, la troisième de France, dispose d’atouts formidables : sa jeunesse, ses atouts industriels et agricoles, l’expérience de ses salariés, et les richesses immenses qu’ils créent ; mais notre région a trop souvent le sentiment d’être méprisée, oubliée, déglinguée, avec la casse industrielle, des indicateurs sociaux dans le rouge, des voies de passages qui ne contribuent pas à son développement.

C’est pourquoi, nous avons décidé - et nous l’annoncerons le 9 février dans une grande conférence de presse régionale, avec nos parlementaires et une trentaine d’acteurs politiques, syndicaux, sociaux - quatre mois d’initiatives, de rencontres, de débats, d’actions :

  • pour donner la parole en grand aux femmes et aux hommes des Hauts-de-France, aux militants syndicaux, associatifs, aux acteurs des luttes diverses, aux élus locaux, en leur proposant de rédiger des « cahiers de l’espoir », mais aussi en enregistrant des dizaines, des centaines d’interventions en vidéos à relayer sur les réseaux sociaux ;
  • avec des journées d’initiatives avec nos parlementaires, nos élus, nos militants pour aller sur les lieux de travail, dans les quartiers populaires et les secteurs ruraux, partout où notre région vit, souffre, agit, journées ponctuées par des conférences de presse et des assemblées-débats ;
  • avec l’objectif que montent, montent, montent partout, et convergent les exigences, les revendications, les aspirations vers l’Elysée qui pilote en chef les politiques de régressions sociales.

Oui, nous allons proposer au peuple des Hauts-de-France, de se mettre lui aussi, « en marche vers l’Elysée, le 9 juin »,  « le 9 pour faire du neuf », « vraiment du neuf » ! 

Pour que

  • ceux qui luttent contre les fermetures des maternités de Creil et Clermont - les élus et militants communistes sont au cœur de la forte mobilisation en cours en éditant 50 000 autocollants « j’aime ma maternité » -,
  • les personnels et les familles des Ehpad,
  • les élus, agents communaux, habitants en lutte pour l’avenir des communes et des services publics locaux comme avec la Journée du 21 mars à Montataire, sur le thème « mon association, mon Service Public j’y tiens ! »,
  • les locataires en lutte pour leur logement dans l’Oise ou le Bassin minier,
  • les salariés d’Axo Metal ou d’ailleurs, en lutte pour l’avenir industriel
  • les usagers, les cheminots en lutte pour l’amélioration des liaisons ferroviaires et pour la réalisation d’une nouvelle liaison Picardie-Roissy,
  • les collectifs d’aide aux migrants, de Calais à l’Oise,
  • les milliers de familles privées de vacances que nous emmenons à la mer chaque année 
  • et tant d’autres encore, marchent, se mobilisent ensemble, et pourquoi pas, avec d’autres régions de France, vers l’Elysée, pour dire haut et fort :

- Stop le mépris !

- Stop la domination de la finance ! 

- Oui, il est possible et indispensable qu’on reprenne le chemin du progrès social, celui de l’humain d’abord !

 

.
 
« Le bonheur est une idée neuve en Europe. » Saint-Just (révolutionnaire français, 1767-1794)